Ferrimax

Ferrimax 2018-10-24T08:53:57+00:00

Les premiers développements de la ferrite remontent aux années 40, mais sa commercialisation ne commence que dans les années 50.

Les aimants en ferrite sont obtenus par l’oxyde de fer et de carbonate de baryum ou strontium. Les matières premières sont donc mélangées, broyées et pour finir traitées thermiquement par calcination pour obtenir la phase hexa-ferritique (SrFe12O19 ou BaFe12O19) : le produit obtenu est ensuite broyé à nouveau pour obtenir un produit en poudre plus fin. Le processus de pressage, qui peut être réalisé également à sec, peut être effectué aussi bien sous l’effet d’un champ magnétique que sans champ magnétique : cette distinction est très importante puisque dans le premier cas, on obtient un matériau anisotrope tandis que dans le second cas on obtient des aimants isotropes ; enfin le matériau est fritté en atmosphère oxydante. La grande nouveauté des aimants à base de ferrites dures, par rapport aux aimants qui les ont précédés (aimants en Alnico), n’est pas la rémanence (Br) ou le produit d’énergie (BH) mais la présence d’un comportement réversible dans le deuxième quadrant du cycle d’hystérésis, où les aimants opèrent habituellement et fournissent de l’énergie (le produit BH est négatif). Avoir un comportement « réversible » dans cette zone signifie que l’aimant en ferrite peut être démagnétisé et remagnétisé sans perdre ses propriétés magnétiques. On peut donc comprendre le grand succès et l’étendue d’applications qu’eurent les ferrites dures à partir des années 50 lorsqu’elles furent pour la première fois commercialisées sur un marché dominé par l’Alnico. Une autre particularité des ferrites dures est leur résistance à l’eau, puisqu’il s’agit d’un matériau dérivé directement d’oxydes. Son comportement thermique est également plutôt anormal par rapport aux autres aimants : en effet sa force coercitive tend à monter en cas d’augmentation de la température jusqu’à environ 180 °C, contrairement à tous les autres matériaux où Hc diminue constamment en cas d’augmentation de la température. Les ferrites dures peuvent être appliquées dans un large éventail de dispositifs : moteurs électriques, haut-parleurs, capteurs, instruments de mesure, jouets, systèmes d’adhérence ou levage.